Panneau d'information

1. L'EAU ET LE MOULIN

L'origine du moulin se comprend par la présence d'eau à Pals, une ancienne baie peu profonde, où les crues des rivières Ter et Daró et les tempêtes de la mer étaient très fréquentes. Les paysans, les propriétaires terrien et les habitants de la région se sont constamment battus pour contrôler les inondations et les niveaux d'eau. Par conséquent, un système d'irrigation est né qui remonte à l'époque médiévale. En 1321, les syndics de Pals concluent des accords avec le roi (Joan II, roi d'Aragon) pour démolir un moulin, des remblais et des digues qui causent des inondations. Ils ont également conclu des accords pour assécher les étangs afin de cultiver la terre.

    Foto arxiu Parclau
    Foto arxiu Parclau

    2. LE CANAL DU MOULIN

    En 1452, le maire donne la licence à Miquel Pere, le protonotaire de Ferran el Catòlic, qui avait déjà un moulin à blé, pour construire une rizière et faire un canal de la rivière Ter au moulin et un autre du moulin à la mer, pouvant renforcer avec des pierres, des bâtons ou des roseaux sa sortie vers la mer pour que le sable ne couvre pas son cours et les bateaux peuvent entrer et sortir sans difficulté. 

    Le canal d'irrigation du moulin a une longueur de 12 km avec une largeur de 12 mètres et un débit d'environ 3,5 mètres cubes par seconde. Le canal prend sa source dans l'écluse de Canet et traverse les communes de Serra de Daró, Gualta, Fontanilles et Pals. L'irrigation du Moulin a été déclarée bien culturel d'intérêt local en 2005. À la fois l'irrigation et les pipelines forment un réseau d'irrigation compliqué. Le Daró Vell, depuis la porte du mas Carles, il se transforme en plusieurs bras et les trois principaux sont: le canal Molí de Pals, le ruisseau «riera nova» (qui vient des terres de Peratallada) et le Restallador.

    3. INSTALLATION DE LA TURBINE FRANCIS

    Au début du 20e siècle, le processus de travail du moulin a été modernisé et nous avons trouvé différents documents indiquant les budgets reçus pour l'acquisition de différentes machines. Nous étions dans la salle de l'alternateur, où l'électricité était produite grâce à l'action mécanique générée par la turbine Francis installée avec tout un ensemble d'engrenages et un arbre de transmission pour améliorer les performances du moulin. Ici vous pouvez voir le budget pour l'achat d'une turbine Francis, simple, sans caméra, à axe horizontal, datée du 4 octobre 1919. C'était une turbine en acier Siemens.
    Cette turbine a fonctionné pendant un certain temps à la fois l'arbre qui alimentait directement les engrenages du moulin à riz et l'arbre qui alimentait l'alternateur pour produire de l'électricité.

    4. INSTALLATION DE L'ALTERNATEUR

    Ainsi, en même temps que l'achat de la turbine Francis, un alternateur a été acquis. Dans ces documents, trouvés dans les archives historiques municipales, vous pouvez voir le budget en date du 8 août 1919 de deux machines, un alternateur de marque A.E.G. type E.S.D, et un moteur triphasé de marque A.E.G. Type berlinois, ce qui a finalement été acheté et installé dans le moulin. Au début du siècle, la production d'énergie électrique était entre des mains privées. Ce n'est qu'en 1944 qu'une compagnie nationale d'électricité a été créée. Bien qu'il ne soit pas possible de déterminer la date exacte d'utilisation de toutes ces machines, nous pouvons dire avec certitude qu'au début du 20ème siècle, le moulin a été modernisé avec une série de machines.

     

    D’autre part, l'amélioration des performances de production et l'utilisation de l'eau du canal ont permis d'envisager la production d'électricité pour la consommation des particuliers. Cette enquête menée par les propriétaires du moulin auprès des particuliers des fermes environnantes et qui cherchait à sonder le volume d'électricité à produire, est une autre preuve de tout ce processus d'industrialisation et de modernisation.

    5. FONCTIONNEMENT D'UNE TURBINE

    Une turbine est un dispositif rotatif convertissant partiellement l'énergie interne d'un fluide, liquide (comme l'eau), en énergie mécanique au moyen d'aubes disposées sur un arbre tournant à grande vitesse. L'énergie peut provenir de la chute d'une cascade ou du courant lui-même. L'énergie mécanique sortante de la turbine entraîne un autre mécanisme rotatif comme un alternateur ou peut déplacer directement une autre machine. Il existe deux types de turbine, à action ou à réaction.

    La turbine Francis, installée ici dans le moulin, est une turbine à réaction. Dans une turbine à réaction, l'eau déplace la roue, non pas par le coup direct, mais par la réaction qui fait que l'eau s'échappe sur la roue. Dans ce cas, il est important que nous ayons un grand débit d'eau qui pousse l'eau qui pénètre dans les tuyaux afin qu'elle ressorte avec une grande force (pression) et déplace la roue avec plus de force. La hauteur à laquelle l'eau tombe n'est pas très importante car elle ne frappe pas directement les pales.

    6. PARTIES D'UNE TURBINE

    Comme on peut le voir sur le dessin, l'eau est collectée par un tuyau d'entrée et distribuée à divers points de sortie à travers le distributeur. Les points où l'eau sort sont appelés buses, ce qui fait que l'eau pousse les pales de la turbine qui font tourner l'arbre de la turbine, également appelé rotor. La roue est principalement constituée d'un disque muni d'un système d'aubes, ou de pelles sur lequel l'eau pousse. L'eau sort par le tuyau de drainage ou la sortie vers le débit de la rivière ou du canal.

    7. FONCTIONNEMENT D'UN ALTERNATEUR

    Un alternateur est un type de machine à moteur qui transforme l'énergie mécanique en énergie électrique, sous forme de courant alternatif, à travers le phénomène d'induction électromagnétique, qui dit que: "un conducteur soumis à un champ magnétique variable, crée une tension électrique induite ". En raisons de coût et de simplicité, la plupart des alternateurs utilisent un champ magnétique rotatif avec une armature fixe. 

    Le rotor, l'une des pièces de l'alternateur, est un électroaimant, généralement entraîné par une turbine. Le champ magnétique tourne avec le rotor à la même vitesse. Le flux magnétique rotatif provenant du rotor coupe le bobinage du stator qui est placé autour du rotor. Cela génère une force électromotrice alternative dans le bobinage, et cela génère un courant alternatif lorsqu'il est connecté à un consommateur.

     

    8. PIÈCES D'UN ALTERNATEUR

    L'alternateur est composé de trois parties de base: le stator, le rotor et l'entrefer.

    Stator: ou inducteur, partie externe fixe de la machine. C'est une pièce cylindrique creuse qui entoure le rotor, qui supporte les différents composants qui composent la machine. Il est séparé du rotor par l'entrefer. Il comporte quelques paires de pôles formés par un enroulement autor d’un noyau en matériau ferromagnétique souple.

    Rotor: pièce mobile qui tourne à l'intérieur du stator. C'est une pièce cylindrique montée sur un arbre mobile. Situé à l'intérieur du stator, supporté par des roulements (pour éviter au maximum les frottements et, par conséquent, une diminution des performances mécaniques).

    Celui utilisé dans les générateurs hydroélectriques est le rotor à pôles saillants. Le nombre de pôles est d'environ 6 à 40, il tourne donc à faible vitesse.

    Entrefer: c'est l'espace qui subsiste entre le stator et le rotor, et permet la libre rotation de ce dernier.

    Le stator et le rotor contiennent tous deux des bobines ou des circuits électriques. On peut donc dire qu'un alternateur contient deux circuits électriques reliés par un circuit magnétique.